lundi 18 mars 2019

Les bijoux du Lac du Lampy

lac du lampy montagne noire
Retenue d’eau du Lampy, Montagne Noire

Il faisait un temps superbe samedi dernier au lac du Lampy sur le versant sud de la partie occidentale de la Montagne Noire. Il y avait des pêcheurs, des cavaliers, des VTTistes, des promeneurs et nous. Chacun heureux d’y trouver son bonheur.

Notre groupe d’amies et amis de l’ASNAT étions en balade pour observer de superbes carabes hivernants dans le sillage des entomologistes passionnés de notre Association.

carabe carabus auronitens festivus




















     Carabes (Carabus auronitens festivus) en hivernation sous une écorce d'arbre 

Comme le lac du Merle dans le massif du Sidobre, le lac du Lampy est situé sur un socle granitique. Il est un peu plus secret que le Lac de Saint Ferréol tout proche, et, comme lui, a pour rôle d’abonder les eaux du Canal du Midi.
Dans le cadre des travaux pour le Canal du Midi, une première retenue sur le ruisseau du Lampy avait été initialement construite à la fin du XVIIème siècle, par son grand génial et opiniâtre concepteur, Pierre-Paul Riquet. Une centaine d'années plus tard, en 1781, en amont du premier, un nouveau barrage est achevé.
Les eaux du Lampy font donc partie du réseau extraordinaire de canalisations qui alimentent le Canal du Midi et qui, par le génie de ces concepteurs, grands ingénieurs hydrauliciens, lui font franchir deux fois la ligne de partage des eaux et rejoindre d'autres cours d'eau avant de se jeter dans la plaine au sein du célèbre Canal, enfant des eaux claires de la Montagne Noire.

En 1996, le barrage de Lampy a été tout naturellement inclus dans l’ensemble du site classé Canal du Midi inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, dans la catégorie « paysage naturel ».

Dans un prochain post, il y aura au moins autant de surprises à découvrir au sujet des carabes que nous avons pu observer au Lampy. De vrais petits bijoux qui sont aussi présents dans notre vallée du Sant.

English version being done.

lundi 11 mars 2019

Just breathing

larve ephemere

We already met on February 26 a nice alien in the creek, a mayfly larva. Here is a macro showing how these naiads can stay in the water during years before their short life among us: like fishes they have gills, but with leaves form and on every side of their abomen, as shown with the red arrows. This is an ancestral trait that was already existing in some species of the very old (more than 500 million years ago) Burgess fauna.

Le 26 février, nous avons fait la connaissance d’un petit alien du ruisseau : une larve d’éphémère. Voici une photo macro qui montre comment ces nymphes peuvent vivre des années dans l’eau avant leur courte vie en dehors. Comme les poissons elles ont des branchies pour respirer dans l’eau. Ces branchies ont la forme de petites feuilles disposées de part et d’autre de leur abdomen, indiquées par les flèches rouges. C’est un caractère ancestral que l’on trouvait déjà il y a plus de 500 millions d’années chez certains animaux de la faune de Burgess

mardi 26 février 2019

Alien for one day since ages




Mayflies, also known as fishflies in Canada, are aquatic insects like dragonflies and damselflies. Their immature stages are aquatic fresh water forms called "naiads" or "nymphs" as shown in this picture.

They are part of an ancient group of insects living during the Carboniferous (more than 300 Million years ago) and exhibit a number of ancestral traits that were probably present in the first flying insects, such as long tails and wings that do not fold flat over the abdomen.

Their presence indicates a clean, unpolluted environment. They are unique among insect orders in having a fully winged terrestrial adult stage, the subimago, which moults into a sexually mature adult, the imago.

Mayflies "hatch", they emerge as adults, from spring to autumn, not necessarily in May. Fly fishermen make use of mayfly hatches by choosing artificial fishing flies that resemble the species in question.

The brief lives of mayfly adults have been noted by naturalists and encyclopaedists since Aristotle and Pliny the Elder. The German engraver Albrecht Dürer included a mayfly in his 1495 engraving The Holy Family with the Mayfly.

Alien d’un jour, depuis (presque) toujours

mayfly, ephemere



Les éphémères sont, comme les demoiselles, des insectes ayant des formes larvaires aquatiques appelées « naïades », visible sur la photo.

Ils sont apparus au Carbonifère, il y a plus de 300 millions d'années, ce sont donc les plus anciens insectes ailés encore vivants.

Les formes adultes, aux téguments souples et au vol lent, présentent certains caractères, comme le fait de ne pas pouvoir rabattre leurs ailes sur leur corps et d’avoir deux stades aériens (subimago très court avant le stade final, imago), considérés comme ancestraux et ayant subsisté au cours de l’évolution.

Ce sont des espèces très sensibles à la pollution lumineuse et à la pollution chimique par les pesticides. Ils sont en forte voie de régression dans une grande partie de leur aire naturelle, dont en France. L’abondance de leurs larves indique l’excellente qualité de l’eau, comme dans notre vallée.

Ils font partie du plancton aérien et jouent un rôle important dans la biodiversité des zones humides en particulier pour l'alimentation des poissons et de certaines chauves-souris. Les « mouches » utilisées par les pêcheurs imitent souvent les éphémères.
Les éphémères vivent environ 3 ans à l'état de larve puis éclosent, se reproduisent en vol, les femelles déposent leurs œufs dans l'eau et les adultes qui n’ont pas de système digestif, meurent quelques heures plus tard.

Cette vie brève avait déjà été observée par Aristote et Pline l’ancien. En 1495, Le peintre allemand Albrecht Dürer a représenté une éphémère dans son tableau la Sainte famille et l’éphémère (on y reconnait bien l’insecte en bas à droite).

dimanche 17 février 2019

Champignon? oui et non

 cheveux de glace ice hair









Nous avons déjà trouvé une tresse de fée dans la forêt, voici d’autres cheveux de fées.
Sur le sol, de nombreux petits filaments blancs. Un champignon ? Un myxomycète ? Non. Quand on les touche ils se transforment en goutte d’eau, ce sont tout simplement des filaments de glace.
Différents du givre, les cheveux de glace, ou chevelure de glace apparaissent par temps de gel modéré et lorsque le sol, très humide, n'est pas encore gelé, à partir de morceaux de bois mort ou d'autres végétaux. Le phénomène est rare et s'observe plutôt dans les sites ombragés et tôt le matin.
Les cheveux de glace apparaissent sur des végétaux particuliers, comme le bois mort de hêtre ou de chêne. Dès 1918, l’astronome, météorologiste et géologue Alfred Wegener, par ailleurs « père » de la dérive des continents, l’observe et évoque que le mycélium sur le bois en décomposition contribue au phénomène. En 2015, le champignon Exidiopsis effusa a été identifié comme essentiel au mécanisme de formation des cheveux de glace.
Si vous voulez vraiment tout savoir : ici

We already found some green fairy hair in the forest but are these white filaments fairy hair too, mushrooms or myxomycetes? No, when touched they simply melt, like frost.
Hair ice (also known as ice wool or frost beard) is a type of ice that forms on dead wood and takes the shape of fine, silky hair. It is somewhat uncommon, and has been reported mostly at latitudes between 45–55 °N in broadleaf forests.
The astronomer, meteorologist and geologist discoverer of continental drift, Alfred Wegener, described hair ice on wet dead wood in 1918, assuming some specific fungi as the catalyst, a theory mostly confirmed in 2015, when the fungus Exidiopsis effusa was identified as key to the formation of hair ice.
All about this here.



mardi 12 février 2019

Chiare, fresche et dolci acque

cascade ruisseau creek
« Chiare, fresche et dolci acque » (Claires, fraîches et douces eaux), ce premier vers de la Chanson CXXVI extrait du Canzonière de Pétrarque, ne saurait mieux décrire notre beau ruisseau du Sant.
« Chiare, fresche et dolci acque » (clear, fresch and dulce waters) first verse of the Song CXXVI from the Canzoniere written by Petrarch, suits perfectly to the nice creek Le Sant.

jeudi 7 février 2019

Il nous a à l'oeil

snail


Petit escargeot sur un rameau de sapin
Small land snail (Hygromia cinctella) on a fir


Du fait de la présence de la ligne claire qui fait le tour de la coquille en cône aplati, il s’agit certainement d’un Hygromia cinctella ou Hélice carénée.

jeudi 31 janvier 2019

Ce qui ne tue pas rend plus fort

brocante de soreze

Sur le pavé de la brocante de Sorèze (photo solarisée)

Cette phrase de Nietzsche s’applique peut-être à cette étonnante bouteille de thériaque vue dans la superbe brocante de Sorèze en août dernier. Je n’ai pas testé.
La thériaque, appelée θηριακή (thēriakē) par les Grecs de θηρίον (thērion), "animal sauvage, bête" est un célèbre contrepoison rapporté à Rome par Pompée, puis complété par Andromaque, médecin de Néron. La recette comprend un mélange de plus de cinquante drogues, plantes et autres ingrédients, dont la vipère.
Le vin de serpent est encore une boisson alcoolisée dans laquelle on fait macérer un ensemble de serpents venimeux placés dans la bouteille. On le trouve au Vietnam et en Asie du Sud. Les serpents y sont largement considérés comme possédants des qualités médicinales. Toutefois leur venin dissous dans la liqueur est dénaturé par l'éthanol. Il est illégal d'importer de l'alcool de serpent dans de nombreux pays car des serpents utilisés sont des espèces en voie de disparition.
Laissons ces breuvages aux plus courageux, comme l'était toute l’équipe des bronzés :

Nietzsche wrote “That which does not kill us makes us stronger ». This may be true for this theriac old bottle I saw in the fleamarket of the nearby city of Sorèze. I did not check.
The word theriac comes from the Greek term θηριακή (thēriakē), from θηρίον (thērion), "wild animal, beast". It was a medical concoction originally formulated by the Greeks in the 1st century AD and widely adopted in the ancient world as far away as Persia, China and India via the trading links of the Silk Route. Made of more than fifty drugs, plants other ingredients including viper, it was an alexipharmic, or antidote, considered a panacea.  
Snake wine is an alcoholic beverage produced by infusing whole snakes in rice wine or grain alcohol. The drink was first recorded to have been consumed in China during the Western Zhou dynasty (ca. 1040–770 BC) and considered an important curative and believed to reinvigorate a person according to Traditional Chinese medicine. It can be found in China, Goa (India), Vietnam, and throughout Southeast Asia.
The snakes, preferably venomous ones, are not usually preserved for their meat but to have their "essence" and snake venom dissolved in the liquor. The snake venom poses no threat to the drinker. It is denatured by the ethanol and would be denatured by stomach acid anyway.
Trade of these products is limited as many of the snakes are in danger species.

dimanche 27 janvier 2019

La petite amie des arbres

Tachina magnicornis fly


De la même famille qu’ectophasia déjà vue sur ce blog, cette amusante Tachina magnicornis, au derrière piquant, fait partie des Tachinidae (ou tachinaires), qui ont pour origine le mot tachina, rapide (qui marche vite). Les mouches (ou diptères, c'est à dire deux ailes) regroupent plus de 8 200 espèces dont 1 000 en Europe, et beaucoup encore à découvrir. Les adultes, de tailles très variables sont généralement de couleurs sombres et ternes. Cependant, certaines espèces comme celle-ci ont des motifs de couleurs vives et éclatantes. A noter également ses jolis petits « sabots » clairs.

Les adultes se nourrissent de pollen et de nectar et sont de bons pollinisateurs. De plus, les larves sont des parasites d'insectes, et plus largement d'arthropodes ou d'autres animaux. La femelle dépose ses œufs (un ou plusieurs) sur, à l'intérieur, ou encore dans l'environnement de l'hôte. La larve se développe généralement à l'intérieur de celui-ci.
Même si le procédé est expéditif, elle a un rôle très utile car sa larve attaque généralement les chenilles de nombreux papillons qui parasitent les cultures et des arbres, en particulier les pins.

This funny Tachina magnicornis is part of The Tachinidae too, same family than the ectophasia fly we already met. Tachinidae are a large and variable family of true flies within the insect order Diptera, with more than 8,200 known species; nearly 1,000 in Europe, and many more to be discovered.

Adults are eating pollen and nectar and are useful as pollinisators. In addition larves of the insects in this family are parasitoids of other insects, mainly butterfly caterpillars, or occasionally parasites of arthropods and may be regarded as economically benecial as they also prey on many agricultural and forest, among other pines, pests.

Tachina magnicornis fly