mercredi 21 septembre 2016

L'automne arrive, majestueux



Les érables sont des arbres et des arbustes du genre Acer appartenant désormais à la famille des Sapindacées (autrefois à celle des Acéracées). N’ayant rien à voir avec les sapins, qui sont des conifères, la famille tient son nom du genre Sapindus, l'« arbre à savon », qui produit des fruits utilisés comme « noix de lavage » en raison de leur pouvoir détergent dû à la présence importante de saponines.
L’érable est très connu par sa feuille, emblème du drapeau canadien, toujours opposées, en disposition décussée, c'est-à-dire que deux paires se suivent en tournant à angle droit.

La plupart des espèces ont des feuilles caduques, mais une minorité en Asie du Sud et dans le bassin méditerranéen sont sempervirentes.
Bien connu également le fruit de l’érable, le disamare, est formé de deux samares réunies à la base que les enfants s’amusent à faire voler comme des hélices d’hélicoptère. La graine peut ainsi, grâce au vent, être transportée sur des distances considérables. Elle parvient à maturité sur l'arbre et peut rester dormante plusieurs années avant de germer. La forme du disamare aide à identifier l’érable dont il s’agir. Dans notre forêt, nous avons des érables champêtres (Acer campestris) aux deux samares horizontales. Alors que l’érable de Montpellier, fréquent dans le sud de la France, a un disamare anguleux.
Le terme latin acer (qui signifie « dur ») ne s'est pas imposé dans le bas latin de Gaule. Le nom français actuel d’érable vient donc du terme hybride acerabulus (érable-pommier) qui a donné dans un premier temps « arable » (cité dans le Roman de la Rose), puis érable.
Parmi les érables, on trouve des espèces utilisées pour la production du sirop d'érable en Amérique du Nord, des espèces fournissant du bois d’œuvre et d'autres enfin utilisées comme arbres d'ornement pour la forme particulièrement découpée de leurs feuilles ou pour la coloration de leur feuillage, particulièrement appréciée au japon qui a fait des balades d’automne, momijigari, une coutume traditionnelle.
Dans un prochain post on essayera de s’y retrouver dans cette grande famille entre l'Erable-platane, l'Erable sycomore et l'Erable faux-platane.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire