vendredi 8 avril 2016

Bain de soleil printanier




Une mouche Syrphe se dore au soleil d’avril

L’apparence du Syrphe prête à confusion, or ce n’est pas une guêpe, c’est une mouche (diptère). Il s’agit ici très probablement d’un Chrysotoxe prudent (Chrysotoxum cautum).
Il y en a 300 espèces différentes qui utilisent naturellement les mêmes couleurs que celles de certains hyménoptères (les abeilles/guêpes/frelons…), ce qui les protège des prédateurs, mais qui ne piquent pas.
On la distingue de la guêpe par les principales caractéristiques suivantes :
·         de plus petites antennes
·         pas de taille de guêpe
·         pas d'aiguillon
·         plus petite et plus fine

 
Cette mouche se nourrit du nectar des fleurs et est très utile parce qu’elle participe à la pollinisation de nos espèces florales et forestières. De plus, les larves se nourrissent de pucerons (elles sont aphidiphages comme les coccinelles).  C’est donc un excellent auxiliaire de culture.
Le syrphe a un rythme de battement d’ailes très rapide (300 par seconde), lui permettant de faire du surplace et même de reculer pour mieux passer de fleur en fleur. Ce que les guêpes ne font pas. Voici un Episyrphus balteatus:

 
 
Peu farouche, il est assez facile de s’en approcher … depuis le printemps jusqu’en automne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire