lundi 30 mai 2016

Merveilleuse surprise

Après une journée de jardinage, je rentre les outils quand je tombe émerveillée devant un papillon majestueux. Il est là, magnifique au soleil couchant, posé au pied d’une fougère.



C'est un Grand paon de nuit, Saturnia pyri, le plus grand papillon d'Europe.
Comme le paon de jour que nous avons déjà vu (post du 11 avril dans Faune et Flore), il doit son nom à des cercles de couleur sur ses quatre ailes, les ocelles qui rappellent l'ornementation des plumes de la queue des paons. Il s’agit d’un moyen de défense pour effrayer les prédateurs et effectivement on dirait aussi un œil qui vous regarde.

Il est  monovoltin (une génération annuelle) et, comme beaucoup d'espèces nocturnes, il ne s'alimente pas, d'où l'absence de trompe et une durée de vie très réduite. Visible entre mars et juin, il ne vivra qu'une semaine environ uniquement occupé à se reproduire. Le mâle, muni d'antennes très développées localise les femelles jusqu'à plusieurs kilomètres. La femelle ne porte que des antennes atrophiées.

Ce papillon de nuit est présent de l'ouest et du sud de l'Europe jusqu'au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Il semble en forte régression et une enquête sur sa répartition actuelle est en cours.

Il est tellement beau qu’il inspira Vincent Van Gogh :


Qui le décrira ainsi dans une lettre à son frère “Sa coloration est particulièrement distinguée: noir, gris, blanc, ombrée et avec des éclairs carmin ou tendant vaguement vers le vert olive ; il est très gros ».

Il le dessina d’abord et expliqua pourquoi dans ses notes il n’avait pas fait une peinture directement « Pour le peindre, j’aurais dû le tuer, et cela aurait été une honte car cet animal est si beau ».

Voir d’autres papillons de notre vallée : ici

1 commentaire: